Mythologie grecque

Vendredi 7 avril 5 07 /04 /Avr 11:07

Fille d’Océan et de Téthys, Métis, dont la science est supérieure à celle des dieux et des mortels, est la première femme de Zeus. Mais, prévenu par Ouranos et Gaia que son propre fils le détrônera un jour et sur leurs conseils, Zeus avale son épouse lorsqu’elle est enceinte, s’octroyant du même coup sa sagesse et son pouvoir de distinguer le bien du mal. Précisément, on a prédit que Métis aurait une fille, puis après celle-ci, un garçon destiné à devenir le maître du ciel.

Au bout de quelques temps, Zeus éprouve des maux de tête insupportables. Il accouche de la tête la déesse Athéna, armée et casquée. Ce fils pourtant promis par les Destins ne naît jamais.

La Titanide Thémis le rend père des Heures (trois filles nommées Eunomie, Dicé, Irène, autrement dit « Bon Ordre », « Droit » et « Paix », trois notions pour signifier à l’homme que là se trouve son bonheur) et des Moires (trois filles, Atropos, Clotho et Lachésis fixant le destin de tous y compris des divinités : Clotho file sur sa quenouille l’existence même, Lachésis dispense son sort à chacun, Atropos, inflexible, coupe le fil le moment venu).

L’Océanide Eurynomé le rend père des Charites (divinités de la grâce et de la beauté, elles répandent grâce et beauté autour d’elles et mettent le bonheur dans le cœur des dieux et des hommes).

Sa sœur Déméter lui donne Perséphone (reine des Enfers, mariée à Hadès).

Il a avec la Titanide Mnémosyne les Muses (au nombre de neuf, elles sont les divinités protectrices et inspiratrices des arts).

Héra, sa sœur et dernière épouse, met au monde Arès (armé d’une épée, protégé par une cuirasse de bronze, il est la divinité du sang, de tous les carnages, de tous les combats et de toutes les agressivités), Hébé (déesse de la jeunesse ayant la charge de servir le nectar et l’ambroisie aux divinités, de s’occuper du char d’Héra et de laver son frère Arès, mais aussi de danser avec les Heures et les Charites) et Ilithyie (déesse de l’enchantement qui assiste Léto lors de l’accouchement des jumeaux Apollon et Artémis, elle apparaît également lors de la naissance d’Héraclès) et peut-être aussi Héphaïstos (dieu du feu et de la forge, forgeron des dieux et des héros) quoique certaines versions prétendent qu’Héra lui donne naissance seule.

Léto lui donne Apollon (dieu de la beauté, de la lumière et des arts représentant si l’on peut dire le dieu le « plus parfait », la divinité absolue, incarnant chez les Grecs le type idéal de la jeunesse, de la beauté et de l’énergie) et Artémis (divinité de la chasse ayant pour attributs la biche, l’ours, l’arc, le carquois et les flèches). Lorsqu’elle est enceinte de Zeus, elle est persécutée par Python sur l’ordre de la jalouse Héra. Léto est contrainte de se jeter à la mer, et recueillie sur l’île de Délos où elle met au monde les jumeaux Apollon et Artémis.

Alcmène, fille d’Electryon qui est le roi de Mycènes, est la mère d’Héraclès. Zeus passe avec Alcmène une nuit longue comme trois nuits dont le fruit de cette union est le demi-dieu Héraclès.

Par Sylvain - Publié dans : Mythologie grecque
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 avril 4 06 /04 /Avr 20:19

 

 

Descendance des divinités marines

 

  

Nérée, le fils aîné de Gaia et Pontos, est une divinité des profondeurs de l’océan avant Poséidon. Il règne surtout en Méditerranée, et plus précisément dans le bassin de la mer Egée. Il épouse Doris, fille d’Océan et de Téthys, qui lui donne 50 filles, les Néréides, et un fils, Nérite. Les Néréides, divinités mi-femmes mi-poissons, vivent au fond des eaux avec leur père, dans une grotte magnifique, chevauchant monstres marins et dauphins et armées d’or par Héphaïstos. Elles sont les protectrices des navigateurs. Nérée et Doris engendrent également les Hamadryades, nymphes des arbres.

Téthys aurait dû épouser Poséidon mais un oracle ayant prédit que l’enfant de Téthys et d’une divinité détrônerait son père, le dieu, prudent, préfère se tourner vers Amphitrite, fille de Nérite et Doris. La Néréide devient la mère de Triton.

Triton habite avec ses parents au fond des océans, dans un palais en or. Sur l’ordre de son père, il souffle dans sa conque pour apaiser les flots déchaînés ; ainsi après le déluge auquel survivent Deucalion et Pyrrha, les terres immergées peuvent reparaître au son de la charonia tritonis. Il est représenté comme un être au buste humain et au corps terminé par une double queue de poisson.

Céto épouse son frère Phorcys. Ils engendrent les Gorgones (Sthéno, Euryalé, Méduse), créatures féminines monstrueuses ayant une chevelure de serpents sifflants hérissées d’écailles et pouvant pétrifier quiconque les regarde ; les Grées (Dino, Enyo et Péphrédo) qui sont les sœurs aînées des Gorgones et venues au monde avec les cheveux blancs, déjà vieilles, de plus elles ne possèdent pour elles trois qu’un œil et qu’une dent dont elles se servent à tour de rôle ; et le serpent Ladon, gardien du jardin des Hespérides. Les Hespérides sont les gardiennes du verger produisant les pommes d’or. Elles sont des vierges à la voix claire, capable de disparaître aux regards par des métamorphoses soudaines. Avec le serpent Ladon elles veillent sur le jardin où poussent les pommes d’or , fruits fabuleux que Gaia a offert à Héra pour son mariage avec Zeus.

 

 

Les Nymphes

 

Ce sont les divinités de la nature. Imaginées comme de superbes jeunes filles, tantôt généreuses, tantôt impitoyables, les nymphes peuplent tous les milieux, sous un nom différent.

 

Les Océanides, filles d’Océan, sont les nymphes de la mer.

Les Néréides, filles de Nérée, sont celles de la mer Méditerranée.

Les naïades sont les nymphes des lacs, des ruisseaux, des sources, des cascades et des fontaines. Elles sont considérées tantôt comme les filles de Zeus, tantôt comme celles d’Océan, tantôt comme celles d’un dieu-fleuve en particulier. Les eaux qu’elles habitent prodiguent l’inspiration à qui vient s’y désaltérer, guérissent parfois, mais aussi rendent malades lorsqu’il est sacrilège de s’y baigner. Douées du don de prophétie, ces belles jeunes filles délicates ont elles-mêmes le pouvoir d’inspirer les poètes et les illuminés que l’on dit alors inspirés par les nymphes. Si elles ne sont pas immortelles, les naïades peuvent vivre très longtemps.

Les Dryades et les Hamadryades sont les nymphes des arbres. Filles de Nérée et de Doris, les Hamadryades naissent sous l’écorce ; elles vivent et meurent avec les arbres (le plus souvent les chênes). Le bûcheron qui s’avise d’abattre l’un de leurs troncs s’expose à un dur châtiment ; en revanche elles se montrent reconnaissantes à celui qui sait s’apitoyer sur leur sort.

Les Méliades, appelées aussi Mélies ou Méliennes, nymphes des arbres également, ne vivent que sur les frênes ; elles naissent de Gaia fécondée par le sang d’Ouranos lorsque celui-ci a le sexe tranché.

Les Napées sont les nymphes des vallées. Elles se plaisent près des ruisseaux en compagnie des naïades. Elles sont liées à la fécondité.

Les Alséides peuplent les bocages (région où les champs et les prés sont enclos par des levées de terre portant des haies ou des rangées d’arbres, et où l’habitat est dispersé en fermes et en hameaux).

Les Oréades habitent les montagnes, qu’elles adorent escalader. Vives et dynamiques, elles aiment chasser et ne refusent jamais une invitation d’Artémis.

 

 

 

 

Par Sylvain - Publié dans : Mythologie grecque
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 avril 4 06 /04 /Avr 20:14

Ixion est le souverain des Lapithes, fils de Périmélé et descendant d’Arès par son père Phlégyas. Non content d’avoir refusé au roi Déioné les présents dus pour avoir épousé sa fille Dia, Ixion s’arrange pour que son beau-père tombe dans une fosse de chaudrons ardents. Coupable de parjure et de meurtre, frappé de démence, Ixion ne peut trouver de salut qu’auprès de Zeus. Le maître des dieux, sensible à ses prières et à ses larmes l’invite même à sa table. Mais Ixion est si pervers qu’il profite de l’occasion pour séduire Héra. Zeus façonne alors une nuée, Néphélé, en tous points semblable à son épouse qu’il substitue à cette dernière au moment où Ixion cherche à l’étreindre. De cette manière naît Centaure, un monstre qui s’accouple ensuite aux juments du mont Pélion et donne naissance aux Centaures. Quant à Ixion, il mérite un châtiment à la hauteur de ses crimes. Expédié au Tartare parmi les grands criminels, il est attaché à une roue enflammée, au moyen de serpents par les Euménides (autre nom pour les Erinyes) – roue destinée à tourner sur elle-même jusqu’à la fin des temps.

Stilbé, fille du dieu-fleuve de Thessalie, Pénée, et de la nymphe Créüse, est la maîtresse d’Apollon qui lui donne deux enfants : Centaure et Lapithe.

Lapithe, le frère de Centaure, s’établit près du fleuve Pénée, devient roi d’une partie du pays et donne son nom à ses sujets. Il épouse Orsinomé, la fille d’Eurynomos ; il est père de Phorbas et de Périphas qui montent après lui sur le trône. Il est l’éponyme du peuple des Lapithes. Donc en raison d’une généalogie incertaine, Lapithes et Centaures sont soit frères (descendant tous deux d’Apollon et de Stilbé), soit demi-frère (selon la version qui fait descendre les Centaures du Lapithe Ixion et de Néphélé).

Les Lapithes, dans l’histoire qui suit sont les demi-frères des Centaures et habitent les montagnes de Thessalie. A leur tête se trouve Pirithoos, le fils d’Ixion descendant d’Arès. Lorsque les Centaures exigent que soit reconnu leur droit à l’héritage paternel, Pirithoos refuse, scellant ainsi la querelle qui doit opposer les deux peuples. Néanmoins, le roi des Lapithes invite ses demi-frères à ses noces avec Hippodamie. Mais Eurythion, le plus cruel des Centaures, s’enflamme soudain, tant sous l’effet du vin qu’à la vue de la jeune mariée qu’il enlève. Bientôt ses frères l’imitent, entraînant avec eux toutes les femmes dont ils peuvent se saisir. S’ensuit un combat mémorable. Les Centaures sont armés de rochers et de pins, les Lapithes de lances. A ces derniers se joignent Thésée et Caenéus (qui meurt étouffé). Vaincus, les Centaures se réfugient sur le mont Pinde, en Epire, où ils affrontent Héraclès. Ce combat contre les Lapithes marque généralement la fin de la « dynastie » des Centaures. « Généralement », car Diodore affirme que, chassés dans un premier temps, les Centaures reviennent ensuite, plus nombreux que jamais, combattre les Lapithes ; les ayant vaincus ils contraignent les survivants à se réfugier à Pholoé, en Arcadie. Puis, remplis d’orgueil par cette victoire, les Centaures ne s’occupent plus que de dépouiller les passants et massacrer le reste des Lapithes.

Cette dispersion des Centaures a une autre origine : l’affrontement avec Héraclès alors en quête du sanglier d’Erymanthe. Les quelques rescapés du massacre, regroupés à Eleusis, sont recouverts d’une montagne par Poséidon et  deviennent ainsi des créatures de l’Hadès. Certains ayant abordés l’île des Sirènes, périssent, séduits par leur chant.

Les Centaures, présentés généralement comme sauvages et brutaux, armés d’un arc ou d’une massue, vivent sur le mont Pélion. Grands dévoreurs de viande (crue) mais aussi gros buveurs de vin (pur et que pourtant ils ne supportent pas), ils s’opposent aux héros (civilisateurs), tels Héraclès et Thésée qui, eux, font cuire leur viande et coupent leur vin avec de l’eau. En Thessalie, et à Lesbos, les Centaures sont aussi appelés Phères. On les trouve également localisés en Arcadie sur le Pinde (montagne culminant à 2636m située entre la Thessalie et l’Epire, et consacrée aux Muses) où selon Homère, ils se sont établis après avoir été chassé du Pélion.

Les Centaures connus dans la mythologie sont Chiron, Pholos et Nessus.

Chiron est le fils de Cronos. Celui-ci voulant cacher son infidélité à Rhéa, se change en cheval avant de s’unir à l’Océanide Philyra. Cette étreinte donne naissance au plus sage, au plus généreux et au plus juste des Centaures. A noter que Chiron n’est pas le frère des Centaures, il n’en a que l’apparence.

L’immortel Chiron vit dans une grotte du mont Pélion, en Thessalie. Il profite pleinement de l’éducation d’Apollon et d’Artémis et, bientôt, ses talents de guérisseur, de chasseur, de prophète, de musicien et de gymnaste acquièrent une très grande renommée. Il a des disciples prestigieux : Héraclès, à qui il enseigne l’astronomie ; le dieu Asclépios à qui il révèle le secret des plantes ; il est également le maître d’Achille, Castor, Pollux, Pélée, Télamon, Thésée, Ulysse et bien d’autres… Les dieux eux-mêmes consultent parfois le prophète Chiron.

Le Centaure sauve Pélée de ses violents congénères et des bêtes féroces ; il redonne la vue à Phénix qui a eu les yeux crevés. C’est son ami Héraclès qui cause sa mort. Le Centaure Pholos accorde l’hospitalité à Héraclès lorsque celui-ci chasse le sanglier d’Erymanthe. En son honneur, Pholos ouvre un tonneau de vin, qu’il tire de la terre. Ce tonneau lui a été donné quatre générations plus tôt, par Dionysos, avec l’ordre de le conserver jusqu’à la venue d’Héraclès. Pholos perce le tonneau et le parfum qui s’en dégage se répand jusqu’aux demeures des autres Centaures. Ils s’assemblent alors autour de l’habitation de Pholos et veulent se jeter sur le vin. Tandis que Pholos court se cacher, Héraclès se met en tête de défendre son bien. Il tue plusieurs Centaures et met en fuite les autres qui se réfugient auprès de Chiron. Chassé du Pélion par les Lapithes, celui-ci habite une grotte du cap Malée. Héraclès, arrivé sur les lieux, décoche une flèche vers le Centaure Elastos ; elle lui traverse le bras et atteint Chiron. Comme Pholos est de la même famille que les morts, il enterre les cadavres. En enlevant une flèche de l’un d’eux, il s’en blesse lui même ; sa plaie étant incurable à cause de la pointe des flèches trempée dans le sang empoisonné de l’Hydre de Lerne, Pholos meurt.

Un autre Centaure connu est Nessus. Lorsqu’il faut traverser les eaux tumultueuses de l’Evénos (appelé aussi Lycormas), grossies par les orages, Nessus propose à Héraclès de faire franchir le fleuve à Déjanire sur son dos. Après s’être assuré qu’Héraclès a atteint la rive opposée, Nessus cherche à violer la jeune femme. Héraclès arme son arc et lui décoche une flèche dont la pointe a été trempée dans le sang de l’Hydre de Lerne. Avant de mourir, Nessus propose à Déjanire un philtre destiné à lui assurer la fidélité de son mari.

Par Sylvain - Publié dans : Mythologie grecque
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Texte libre

Enigme n°8

Combien de gouttes d'eau peut-on mettre dans un verre vide ?

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus